eau phytoépuration 1


Dans une petite station entre deux villages de Haute-Provence, faite en phytoépuration, l’eau reprend vie…

petit promeneur encapuchonné

Après avoir beaucoup photographié les ondins des rivières que je croisais, et l’âme sensible au respect de la nature, je me suis demandée assez vite ce qu’il advenait à ces émanants dans les stations d’épuration, quelles seraient leur conditions de vie et s’ils allaient me les raconter..

Je commencerai donc par la plus proche, celle de mon petit village de Haute-Provence.

Il se trouve qu’une très bonne amie, travaillant comme adjointe au Maire du village voisin, avait bataillé dur pendant des mois pour obtenir la construction d’une nouvelle station, toute moderne et dont les eaux usées, communes à nos deux villages, seraient nettoyées par les plantes..

Bien sûr, beaucoup de rabat-joie avaient lutté contre ce beau projet, prétextant le prix et le manque d’efficacité notoire de ces lubies d’écolo..

Il n’en fut rien et les analyses qu’elles me montra par la suite, prouvèrent l’efficacité de ces procédés.

phyto en roseaux

phyto en roseaux

Me voilà donc devant, prête pour la visite guidée, appareil photo en mains… C’est l’hiver, tout semble mort, les roseaux sont secs.

Pourtant, en arrivant, j’entends des clapotis et suis étonnée de ne voir que des plantes mises en bacs de rétention, à même le sol, entourés de petits cailloux. J’étais habituée aux épurations classiques, aperçues à la sauvette parce que presque dissimulées dans un coin reculé, où ce sont des eaux grises et bouillonnantes, des boues séchées et repoussantes, cloisonnées dans de grands cylindres de ciment, qui s’offrent au regard…

Ici, rien n’est caché, on peut voir la station depuis nos villages, calée au creux de la vallée et proche de la route. L’eau sent bon, quelques grenouilles chantent encore, l’herbe y est grasse et les cannes taillées…

Toute ordonnée et propre, des enfants pourraient jouer autour si les normes de sécurité n’exigeaient de l’encercler d’un grillage… Elle respire la sérénité et je me croirais presqu’au sein d’un petit jardin de quelque « Païs San » bien inspiré!

Car en effet, ici ce sont les bactéries qui sont mises en culture, pour la plus grande joie de ces cannes et de ces eaux épurées.

Quant aux émanants? Voilà que si même l’Onde’in chante son bonheur et ses remerciements… Je suis comblée.

le faune rouge

le faune rouge

 

en musique?..

Fosse Biologique

Des plantes exotiques pour assainir l’eau La commune du Lude inaugure sa toute nouvelle station d’épuration écologique, unique en France

Epurez vous-mêmes vos eaux usées grâce aux plantes Utiliser un système non polluant et non consommateur d’énergie pour épurer nos eaux usées. C’est possible, avec des moyens naturels

Documentaire 2013 La force cachée des plantes

Documentaire L’esprit des plantes-Intelligence végétale

Jacques Collin – Les plantes, sujet de votre prochain livre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *